Président d'honneur - Amin Maalouf

Né à Beyrouth en 1949, Amin Maalouf vit en France depuis 1976.
Après des études de sociologie et d’économie, il entre au quotidien de langue arabe An-Nahar, et sillonne le monde pour couvrir de nombreux événements, de la chute de la monarchie éthiopienne à la dernière bataille de Saigon.
La guerre du Liban l’ayant contraint à émigrer, il s’installe à Paris, d’où il reprend son activité de journaliste, et recommence à voyager, du Mozambique à l’Iran, et de l’Argentine aux Balkans. Il devient directeur de l’édition internationale d’An-Nahar, puis rédacteur-en-chef de l’hebdomadaire Jeune Afrique, avant de renoncer à toute fonction pour se consacrer à la littérature.
Ecrite en français, son œuvre est aujourd’hui traduite en plus de quarante langues. Elle comprend des romans, des essais, ainsi que des livrets d’opéra, notamment : Les Croisades vues par les Arabes (1983), Léon l’Africain (1986), Samarcande (1988), Les Jardins de lumière (1991), Le Premier siècle après Béatrice (1992), Le Rocher de Tanios (1993, Prix Goncourt), Les Echelles du Levant (1996), Les Identités meurtrières (1998), Le Périple de Baldassare (2000), L’Amour de loin (2001), Origines (2004), Adriana Mater (2006), Le Dérèglement du monde (2009).
Amin Maalouf a présidé, en 2007-2008, à la demande de la Commission européenne, un groupe de réflexion sur le multilinguisme, qui a produit un rapport intitulé Un défi salutaire. Comment la multiplicité des langues pourrait consolider l’Europe. Il est docteur honoris causa de l’Université catholique de Louvain (Belgique), de l’American University of Beirut (Liban), de l’Université de Tarragone (Espagne), et de l’Université d’Evora (Portugal).